Mot du ministreLe Québec en action vers une société sans gaspillage

Le Québec en action vers une société sans gaspillage

Par Benoit Charette, Ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs

Au cours des dernières années, le Québec a fait d’énormes avancées sur le plan environnemental, et notre gouvernement est résolument investi dans la poursuite de ses engagements pour verdir notre économie, orienter nos actions vers un développement plus durable et diminuer la pollution de l’air, de l’eau et des sols. Je suis très fier du Plan pour une économie verte 2030, dans lequel le Québec s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 1990.

Aussi, je tiens à souligner l’excellent travail réalisé par RECYC-QUÉBEC qui, depuis 30 ans, se voue à la préservation de nos ressources en luttant contre le gaspillage. Elle est un partenaire important des grandes réformes de nos systèmes de collecte sélective et de consigne. Elle informe, sensibilise et accompagne efficacement les citoyennes et les citoyens, les municipalités, ainsi que les entreprises et les organismes dans cette transition vers une économie de plus en plus circulaire.

Avec la croissance de la population et une consommation galopante depuis plusieurs décennies, l’heure est venue d’oser aller encore plus loin en proposant des initiatives qui nous permettront collectivement de produire et de consommer de façon plus responsable. Le Plan stratégique 2022-2025 de RECYC-QUÉBEC va d’ailleurs dans ce sens et il fait écho à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, dont l’objectif fondamental est que la seule matière résiduelle éliminée au Québec soit le résidu ultime. Cela implique d’utiliser au maximum le potentiel de valorisation de tous nos produits de consommation, ainsi que les résidus qui en découlent.

Cela passe entre autres par la biométhanisation et le compostage, qui permettent de détourner de l’élimination la matière organique. À l’heure actuelle, celle-ci constitue environ 55 % des 5,8 millions de tonnes de matières résiduelles éliminées chaque année au Québec. Nous avons comme ambition de valoriser au moins 70 % de cette matière d’ici 2030. Pour y arriver, nous avons entrepris plusieurs actions, dont un soutien financier substantiel offert aux municipalités et au secteur privé pour l’installation d’infrastructures leur permettant de composter ou de biométhaniser la matière organique.

Dans les défis colossaux que représente la lutte contre les changements climatiques, je vois une occasion à saisir pour nous mobiliser et démontrer, une fois de plus, la capacité des Québécois à s’adapter et à innover. Soyons fiers d’être les artisans d’une nation qui fait preuve de leadership en matière de développement durable.

Les gestes que nous posons aujourd’hui pour améliorer l’environnement sèment l’espoir pour les jeunes générations, à qui nous avons la responsabilité de léguer une planète verte et en santé.

Merci à tous d’y participer.

Populaires

PFAS : revenir aux sources du problème

Saviez-vous que le Québec ne compte aucune usine produisant des substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées, et que la réglementation fédérale interdit depuis plusieurs années la...

Réduction à la source : l’économie de la fonctionnalité et de la coopération (EFC), un modèle à propager

Une nouvelle avenue pour l’innovation    Miser sur la vente de l’usage des produits plutôt que sur la vente des produits eux-mêmes, voilà une stratégie...

Choisir les bons mots pour plus d’impact : Retour sur une publication qui a (un peu) fait jaser

Le point de départL’idée de rédiger ce qui suit découle d’une simple publication que j’ai faite sur LinkedIn : une photo illustrant des bacs...
Publicitéspot_img