Gestion des matières résiduellesÉconomie circulaireL’économie circulaire pour le secteur de la construction

L’économie circulaire pour le secteur de la construction

Par Hortense Montoux Article écrit en collaboration avec Alice Rabisse

À l’échelle mondiale, le secteur de la construction est responsable de plus de 40 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il consommerait annuellement plus de 42 milliards de tonnes de ressources, ce qui en fait le plus grand consommateur de ressources, tous secteurs confondus 1. Au Québec, cette industrie génère plus de 3,5 millions de tonnes de matières résiduelles chaque année, dont seulement 25 % sont recyclées ou valorisées 2. Il convient donc de réduire les quantités de ressources exploitées dans le secteur de la construction, de les utiliser plus intensément et plus longtemps ainsi que d’optimiser leur fin de vie, tout en réduisant les émissions de GES et en limitant les autres impacts sur l’environnement. C’est ce que propose l’économie circulaire.

Inconnue en Amérique du Nord il y a à peine dix ans, ce nouveau modèle de production-consommation suscite aujourd’hui un très fort intérêt. Le modèle et les stratégies pour sa mise en œuvre font de plus en plus partie du débat public, et ses notions sont de mieux en mieux comprises par les différents acteurs de la société.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

Par opposition à l’économie linéaire, fondée sur l’approche « extraire-transformer-distribuer-utiliser-jeter », l’économie circulaire est un modèle qui vise à découpler la croissance économique de l’exploitation des ressources vierges et des impacts sur l’environnement. Ce modèle est fondé sur deux mécanismes principaux :

  1. En amont, repenser nos modes de production-consommation pour consommer moins de ressources et protéger les écosystèmes qui les génèrent.
  • En aval, optimiser l’utilisation des ressources qui circulent déjà dans nos sociétés en permettant, notamment, la création de boucles remettant en circulation des flux de matières négligés.

Pour le secteur de la construction, l’ensemble des 12 stratégies d’économie circulaire identifiées 3 peuvent s’appliquer. Cependant, pour enclencher une réelle transition du Québec vers une économie circulaire, il est nécessaire que la filière (ainsi que l’ensemble des autres secteurs clés de la province) soit mobilisée vers un objectif commun d’accroître la productivité et la circularité des ressources qu’elle utilise.

Le Lab construction : innover pour accélérer la transition

Dans ce contexte, le Centre d’études et de recherches intersectorielles en économie circulaire (CERIEC) porte un écosystème de laboratoires (labs) sectoriels d’accélération en économie circulaire. Il a propulsé le tout premier Lab pour le secteur de la construction entre 2021 et 2024.

Les laboratoires d’accélération ont pour but de réunir les acteurs clés d’une chaîne de valeur avec des chercheurs de différentes disciplines pour identifier les blocages à la circularité des ressources et concevoir leurs solutions. Concrètement, il s’agit de mettre en place, dans une approche concertée avec les acteurs (approche living lab), des projets d’expérimentation visant à lever les freins identifiés, puis à transférer les apprentissages de ces projets à l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur de la construction pour accélérer sa transition vers l’économie circulaire.

Concrètement, qu’a pu démontrer le Lab ?

Le Lab construction a fait émerger 19 projets qui se sont déployés sur l’ensemble de la chaîne de valeur et sur diverses stratégies de circularité. Ils ont ainsi permis de démontrer la faisabilité de certaines stratégies et de mieux comprendre des freins et leviers en travaillant sur les blocages réglementaires, techniques, pratiques, voire économiques à la mise en place de la circularité. Pour les projets qui touchent directement les résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD), on peut citer trois exemples. Notons d’ailleurs que d’autres projets ont travaillé plus en amont sur la conception, sur les outils pour les donneurs d’ouvrage et sur la construction modulaire, qui ont également un effet direct sur la quantité et la qualité des résidus de CRD en fin de cycle.

  • Le projet de démantèlement de portes et fenêtres 4 a permis de démontrer qu’il est techniquement faisable de séparer les composantes des portes et fenêtres issues de la déconstruction et d’envoyer les matériaux ainsi séparés vers les bonnes filières de recyclage. Le projet a aussi constaté qu’au vu des contextes économique et réglementaire actuels, la rentabilité de cette filière n’est pas assurée.
  • Le projet de déconstruction en Gaspésie 5 a démontré la faisabilité technique d’une déconstruction efficace et orientée vers le réemploi (84 % des matières ont évité l’enfouissement), à un coût équivalent à celui du couple démolition-enfouissement.
  • Le projet de tri à la source en Estrie a lui aussi fait la démonstration qu’avec des outils bien pensés et un accompagnement des participants, il est possible de mettre en place un tri à la source efficace permettant de détourner de l’enfouissement 75 % des matières.

Ces trois exemples, ainsi que l’ensemble des projets du Lab, démontrent que la circularité est atteignable et permettent d’identifier les leviers à activer pour accélérer la transition. Pour diffuser l’ensemble des connaissances issues des projets, une série de huit webinaires est organisée en mai-juin 2024. Une plateforme Web est en cours de préparation et mettra à disposition de manière simple l’ensemble des résultats, livrables et outils issus des projets.

Ce n’est pas fini ! L’équipe du Lab construction est aujourd’hui en réflexion pour poursuivre ses activités et ainsi continuer d’épauler l’ensemble des acteurs du milieu pour accélérer la transition vers l’économie circulaire.

Consultez les ressources du Lab construction :

  1. Circle Economy (2024). Building a circular construction sector is hard, but it is happening. https://www.circle-economy.com/news/building-a-circular-construction-sector-is-hard-but-it-is-happening
  2. Recyc-Québec (2023). Bilan 2021 de la gestion des matières résiduelles au Québec.
  3. Québec circulaire (2024). Stratégies de circularité.
  4. https://www.quebeccirculaire.org/static/strategies-de-circularite.html
  5. La fiche projet et la fiche bilan sont disponibles ici :
  6. https://miro.com/app/board/uXjVOTz8iYk=/?moveToWidget=3458764582080423203&cot=14
  7. La fiche projet et la fiche bilan sont disponibles ici :

Populaires

PFAS : revenir aux sources du problème

Saviez-vous que le Québec ne compte aucune usine produisant des substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées, et que la réglementation fédérale interdit depuis plusieurs années la...

Réduction à la source : l’économie de la fonctionnalité et de la coopération (EFC), un modèle à propager

Une nouvelle avenue pour l’innovation    Miser sur la vente de l’usage des produits plutôt que sur la vente des produits eux-mêmes, voilà une stratégie...

Choisir les bons mots pour plus d’impact : Retour sur une publication qui a (un peu) fait jaser

Le point de départL’idée de rédiger ce qui suit découle d’une simple publication que j’ai faite sur LinkedIn : une photo illustrant des bacs...
Publicitéspot_img