Enviro CompétencesMain-d’œuvre féminine dans le secteur de l’environnement : le chemin est tracé, il...

Main-d’œuvre féminine dans le secteur de l’environnement : le chemin est tracé, il faut maintenant l’emprunter !

Dominique Dodier, Directrice générale d'Enviro Compétences

Le dernier diagnostic industriel et de main-d’œuvre d’EnviroCompétences, qui date de 2021-2022, fait état d’une situation éloquente : seulement 29,7 % des postes du domaine de l’environnement sont occupés par des femmes. Cette statistique n’a pas évolué depuis les éditions précédentes, ce qui nous porte aujourd’hui à questionner davantage le secteur sur cette donnée. 

En parallèle, le marché du travail est en pleine mutation. Le secteur de l’environnement n’échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre qui est reliée de très près aux questions de santé publique, et les enjeux auxquels font face les entreprises qui recrutent de la main-d’œuvre ayant étudié en environnement sont alarmants.

À la lumière de la nouvelle stratégie vers la transition verte de la ministre de l’Emploi, il est important et stratégique de connaître les raisons et les enjeux de cette absence des femmes dans le milieu.

Il faut mesurer et comprendre pour agir. EnviroCompétences est toujours soucieux d’identifier les tendances provinciales, d’anticiper les développements majeurs du secteur et d’en prévenir les répercussions sur la main-d’œuvre au moyen d’interventions pertinentes et adaptées.

C’est pourquoi EnviroCompétences a réalisé une étude qui permettra de brosser un portrait de la main-d’œuvre féminine du secteur. En attendant le rapport final, voici les tendances nettes et significatives :

  • Le secteur de l’environnement est en pleine évolution sur le plan du marché du travail, puisque les femmes se manifestent et se sentent de plus en plus concernées face au défi des changements climatiques et des enjeux environnementaux.
  • Plus de femmes occupent des postes de conseillère, de directrice et de chargée de mandats. Ce sont plus de femmes dans des postes décisionnels, qui contribuent à déterminer des orientations importantes au sein des entreprises. On observe donc une représentation de plus en plus adéquate des femmes dans les hautes sphères décisionnelles.
  • Le besoin de bénéficier du point de vue et des intelligences (cartésienne et de cœur) des femmes pour résoudre les nombreux problèmes environnementaux auxquels la société fait face favoriserait leur intégration dans le secteur.

EnviroCompétences vous invite à suivre avec attention la sortie des résultats complets de son enquête à la fin mars 2023, sur son site Internet (www.envirocompetences.org).

Face à ce constat, et pour favoriser l’équilibre hommes-femmes, les employeurs peuvent mettre au point des outils visant à atténuer les limites liées au milieu de travail qui agissent négativement sur la rétention des femmes au sein des organisations, et ce, tout au long du cycle d’emploi des travailleurs au sein de l’organisation (recrutement, accueil/intégration, progression) :

  • Adopter une démarche de recrutement le plus neutre possible à l’égard du genre.
  • Montrer une tolérance zéro face à toute forme de harcèlement ou de sexisme : réagir immédiatement face à un collègue ou à un client problématique.
  • Former le personnel sur les avantages d’une équipe mixte de travail, sur les préjugés et les stéréotypes à briser ; favoriser le travail en équipe homme-femme.
  • Instaurer des mécanismes de communication et de formation sur les enjeux d’égalité.
  • Ne pas discriminer en fonction du genre dans l’allocation des tâches et des responsabilités afin de ne pas tomber dans les stéréotypes.
  • Offrir des possibilités d’avancement équivalentes pour les hommes et les femmes ; objectiver les évaluations de rendement et la gestion de carrière selon les compétences et non selon le genre.
  • Intégrer des femmes dans la haute direction et les comités de travail décisionnels.
  • Implanter un parrainage ou un mentorat en milieu de travail pour favoriser l’intégration.
  • Mettre en valeur des modèles féminins.
  • Féminiser les titres d’emploi.
  • Offrir une bonne conciliation travail-famille ; par exemple, offrir une garderie et des installations sportives en milieu de travail.
  • Respecter l’équité salariale entre les hommes et les femmes.

Grâce à cette étude, nous pourrons mieux comprendre et mieux agir, car la main-d’œuvre féminine est un bon bassin pour acquérir de nouvelles ressources au sein du secteur. Mieux comprendre permettra d’implanter des mesures, de bonnes solutions pour attirer les femmes vers une formation et un métier ou une profession en environnement.

Surveillez aussi nos autres travaux !

Populaires

PFAS : revenir aux sources du problème

Saviez-vous que le Québec ne compte aucune usine produisant des substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées, et que la réglementation fédérale interdit depuis plusieurs années la...

Réduction à la source : l’économie de la fonctionnalité et de la coopération (EFC), un modèle à propager

Une nouvelle avenue pour l’innovation    Miser sur la vente de l’usage des produits plutôt que sur la vente des produits eux-mêmes, voilà une stratégie...

Choisir les bons mots pour plus d’impact : Retour sur une publication qui a (un peu) fait jaser

Le point de départL’idée de rédiger ce qui suit découle d’une simple publication que j’ai faite sur LinkedIn : une photo illustrant des bacs...
Publicitéspot_img